Les Verts au conseil municipal

Le groupe local des Verts de Clichy-sous-Bois

Le Club de réflexion "Clichy-sous-Bois Ecologie et Progrès"

Le Collectif anti-guerre Clichy-sous-Bois/Montfermeil

Nos projets pour la ville

Eléments de réflexion

Contactez-nous

Contacts et liens

Page d'accueil

Souffrance et incompréhension des populations issues de l'immigration

Maxime Leforestier : "Etre né quelque part, laissez- moi ce repère ou je perds la mémoire..... Est-ce-que les gens naissent égaux en droit à l'endroit où ils naissent pareil ou pas?"

Ce XXIème siècle est plus que jamais celui des brassages de population. On ne devrait plus s'étonner de voir dans les villes et les villages, les écoles et les institutions de plus en plus de parents d'enfants de tous pays et toutes races.

Les parents et les enfants "sans racines" sont nombreux sur notre commune. Qu'on les connaisse ou les méconnaisse, on nie que trop souvent les problèmes et obstacles qu'ils ont à surmonter, ont eu a surmonter ou auxquels ils se heurtent encore. Quels sont leurs regrets, leurs ambitions, leurs déceptions ? Certains d'entre nous sont conscients de leur misère et de leur pauvreté passé et actuelle. Nous pouvons dire qu'ils souffrent d'une forme d'handicap, que nous qualifierons d'infirmité socio-culturelle.

La question de l 'immigration est à l'ordre du jour pour la ville de Clichy-sous-bois. Les passions dont elle est l'enjeu interpelle aussi bien les politiques que les simples citoyens.

Il est peut-être temps de savoir qui sont les immigrés de la ville de Clichy-sous-Bois. Quelles sont les nostalgies qui les hantent ? Quel passé les enserre dont ils sont malgré tout aussi fier qu'ils peuvent en être malheureux.

Le mal-être de cette population touche en priorité la jeunesse. Jeunesse au combien turbulente ! Mais surtout désemparée et désoeuvrée.

Quoi que l'on dise ou que l'on croit et même que l'on tente de nous en convaincre. quelque soit nos origines, nos us et coutumes, il ne faut pas oublier que l'étranger, et même les français issus des D.O.M et T.O.M., se sentent exclus. Ils sont vulnérables pour certains, alors que la plupart déploient des stratégies de défense pour survivre et vivre cet exil qu'ils savent que trop définitif.

La réalité sociale vécue est le chômage, l'échec scolaire, la clandestinité. Il arrive, heureusement, qu'aboutisse des insertions vraies de ces enfants et adultes déracinés.

La loi du père qui était fondamentale dans ces familles a trop souvent basculée du fait du déracinement. L'humiliation du père c'est l'humiliation de toute la famille. De telles situations angoissent, destabilisent.

Sans guide au niveau des références et identifications nécessaires, ces familles issues de l'immigration ne trouvent plus le chemin de leur propre désir. Paradoxes, incompréhensions, contresens, interdits, dévalorisations, racisme sont le lot des parents et des enfants issus de l'immigration qui se débattent dans un monde qui ne leur reconnait ni droit de pays, ni de langue.

Flore Benetti